Droit à la déconnexion, changeons d'approche !

vague bleue

L’approche du sujet est souvent anxiogène : diminuer le stress, améliorer la santé, prévenir le burn out... Et si nous réenchantions le sujet ! Notre revue de presse pour regarder le sujet autrement.

Posté le
29 septembre 2017 - 11:40

DROIT À LA DÉCONNEXION : DE QUOI PARLE-T-ON ?

  • Droit à la déconnexion : comment peut-il s’appliquer ?
    ▶▶
    Découvrez l'article de l'express l'Entreprise

    « De grandes entreprises ont pris le sujet à bras le corps : Réunica, par exemple, a choisi la fermeture des messageries électroniques le soir, la nuit et le weekend, Volkswagen a opté pour la désactivation, une demi-heure avant la sortie du bureau, du renvoi des e-mails professionnels vers les smartphones. Chez Allianz France, les e-mails envoyés le weekend ne parviennent à leur destinataire que le lundi matin. " Ce genre de pratique radicale incite certains salariés à utiliser leurs outils numériques personnels, or on sait que le BYOD (bring your own device) pose de réelles difficultés en termes de sécurité des informations d’entreprise ", alerte Déborah David. »

 

  • La légende de l’interdiction des courriels professionnels après 18 heures
    ▶▶
    Découvrez  l'article Le Monde

    Même si une « légende » circule depuis 2014 sur l’interdiction des emails professionnels après 18h, la loi n’impose pas de telles mesures.

     

  • Droit à la déconnexion (Ministère du travail)
    ▶▶
    Découvrez  le projet de loi du Ministère du Travail

    En effet, « la priorité sera donnée à la négociation avec les partenaires sociaux. Les entreprises qui ont un délégué syndical devront engager une négociation afin de définir les modalités selon lesquelles le salarié pourra exercer son droit à la déconnexion. A défaut d’accord, l’employeur devra tout de même mettre en œuvre ce droit. Cela devra prendre la forme d’une charte qui devra prévoir la mise en œuvre à destination des salariés et du personnel d’encadrement et de direction, d’actions de formation et de sensibilisation à l’usage des outils numériques. »
     

UN SUJET COMPLEXE

Cet article de loi ainsi que ses bénéfices pour la santé des salariés ont été globalement salués. Pour autant, de nombreux articles viennent aussi pointer les limites de la loi et la complexité du sujet :

 Est-ce qu’empêcher un salarié de traiter ses e-mails sur son temps personnel ne pourrait pas, dans certains cas, être néfaste pour sa santé ? 
 Il faut supporter ce que l’on pourrait appeler la « pression de la norme » : (…) se sentir coupable de ne pas répondre rapidement aux sollicitations, ou penser que pour être bien vu par ses supérieurs ou ses collègues, il faut être réactif, etc. 
 Il existe des professionnels qui voient au contraire un bénéfice direct à rester connectés : la course aux primes, le sentiment du travail bien fait, le besoin de reconnaissance sociale (…) Il y a également ceux pour qui le métier est vécu comme une passion 

Ainsi, traiter le sujet en entreprise nécessite très probablement d’aborder cette dimension psychologique avec les salariés.

 

LES BÉNÉFICES DE DÉCONNECTER : SANTÉ, STRESS... MAIS PAS QUE !

L’approche du sujet est souvent anxiogène pour les organisations, managers et salariés : diminuer le stress, améliorer la santé, prévenir le burn out... Et si nous réenchantions le sujet ! « Les études sont de plus en plus nombreuses à montrer que ceux qui prennent le temps de se déconnecter sont plus créatifs ou plus efficaces que ceux qui restent connectés en permanence. C’est une question de concentration et de disponibilité. (…) En fait, l’éloge de la déconnexion est très ancien. C’est une pratique intemporelle. Dans l’Antiquité, Sénèque vantait les vertus de l’otium, une forme de solitude à travers les livres qui permettait à l’homme d’action d’avoir une meilleure vision de ses affaires. (…) Pour ceux qui font profession de penser (ou de calculer), il est bon de se laisser aller à l’errance de l’imagination. On en sort renforcé. Plus proche de nous, Hermann Hesse a écrit un art de l’oisiveté dans lequel il milite pour des moments « d’interruption » où on se laisse aller. Selon lui, il s’agissait d’une condition au maintien de notre créativité. »

 

Les bénéfices de la déconnexion au quotidien ne seraient ainsi pas si éloignés des bénéfices des vacances : « Une semaine de vacances ou même quelques jours seraient bénéfiques à plus d’un titre : vous êtes plus motivé à la reprise, plein d’entrain pour donner le meilleur de vous-même en apportant une contribution notable. Une fois revenu, vous vous sentirez bien dans votre peau, vos idées seront claires. »

 

 À partir de toutes ces lectures, Co.théâtre écrit actuellement
un nouveau spectacle sur le sujet pour pouvoir aborder avec les salariés
la dimension personnelle du sujet ainsi que les bienfaits de la déconnexion.

VOUS SOUHAITEZ EN SAVOIR PLUS :  CONTACTEZ NOUS !